Mots-clefs

, , ,

Il était 20h ce lundi 9 janvier lorsque les premiers participants ont fait leur entrée à l’Antisèche.
Au total, ils furent douze.

Tous avaient bravé les premiers frimas de l’année 2012 pour rejoindre le QG de l’UkeDunum et pour égrener quelques notes sous le haut patronage de Vendredi 13, l’ukulélé voyageur.

La mission de ce mois : chanter les jours de la semaine.

Avant de rentrer plus en détails sur le déroulement de cette soirée festive et conviviale, il convient de constater deux choses :

– On est prêt désormais à traverser les océans pour assister au raout musical du lion (voui, madame !) J’en veux pour preuve la venue de Dan, fraîchement débarqué à Lyon, en provenance de Toronto. Vendredi 13 aura pu, tout à sa joie, résonner entre ses mains au cours de la soirée.

– Le motu est un très chouette ukulélé. L’occasion fut donnée aux participants de l’essayer grâce à Audrey, heureuse détentrice d’un modèle rouge flamboyant.

20h52

L’apéro fait rage à l’Antisèche mais qu’importe, il faut bien commencer.
C’est Cécile ( qu’il est bon de parler de soi à la troisième personne …) et Sandrine qui ouvrent les hostilités avec Blue Monday ( feat. Thomas à l’harmonica ) puis Les dimanches à la con (feat. Guillaume à la washboard).

Dan et Damien installent ensuite leur pupitre pour nous interpréter Ruby Tuesday des Stones en guise de mise en bouche.

– Blue Monday (Dave Bartholomew)

– Les Dimanches à la Con (Renaud) :

– Ruby Tuesday (The Rolling Stones) :

21h40

Christophe signe son grand retour au sein de l’UkeDunum en nous livrant un lundi au soleil des plus entraînants, encouragé par Céline, la patronne des lieux (heu, c’est sympa, Céline mais si tu nous encourages, nous, ben , on continue, vois-tu ?).

Je pense sincèrement que l’interprète original de cette rengaine ( un gars, blond, avec beaucoup de paillettes sur lui) aurait, à l’époque, bien été inspiré d’enregistrer tout cela à l’ukulélé. Mais, bon passons…

– Le Lundi au Soleil (Claude François)

Les arpèges de Daniel, notre grand spécialiste du mash-up, se font entendre dès les premières secondes de Sunday bloody Sunday Morning, rendant ainsi un bien bel hommage à U2 et au Velvet.

Puisque le blog est aussi l’occasion de présenter quelques excuses ( cf Canarix lors du dernier compte-rendu), je me vois dans l’obligation de faire un mea-culpa sincère et appuyé pour les coups de balais n’ayant pas atteint la washboard à temps. Voilà, c’est dit.

– Sunday Morning Bloody Sunday Morning (The Velvet Underground & U2)

22h20

Une agréable odeur de croque-monsieur et de hamburger ( au foie gras svp) envahit la salle.

Cela ne perturbe pas outre mesure Ralph qui envoie un Sunday with a flu bien balancé ( mazette, y siffle bien aussi !)

– Sunday with a Flu (Yodelice)

22h34

Les croque-monsieurs n’auront pas fait long feu. Merci, Céline !

Durant cette petite pause, les participants peuvent entonner librement et en toute insouciance plusieurs airs. On a ainsi pu entendre en fond sonore Out on a week-end de Neil Young, l’inévitable Joe Dassin et bien d’autres morceaux ayant échappé aux ingé son.

Le tirage au sort se passe sans incidents majeurs, il est supervisé par Julien. Les urnes ont parlé et c’est le thème de… Julien qui est sorti.

ANIMAL sera donc le fil rouge de la prochaine rencontre.

23h05

Thomas réveille tout le monde avec la p’tite monnaie de Bénabar, c’est frais et enjoué !
( et repardon pour les balais !)

– La Petite Monnaie (Bénabar)

Sophie dégaine son Fender pour une interprétation de fort belle facture d’eight days a week, joué autrefois par un groupe assez connu des années 60.

Elle est suivie dans la foulée par Daniel avec Ma petite entreprise  et une chanson quelque peu obsédante, Monday Monday en duo avec Sandrine.

– Eight Days a Week (The Beatles)

– Ma Petite Entreprise (Alain Bashung)

– Monday Monday (The Mamas and the Papas)

23h25

Nous finissons par deux efforts collectifs :

Dès que le vent soufflera de Renaud, qui n’avait peut-être pas besoin de ca. Qu’importe.
Alors, oui, la cohésion fait grandement défaut, c’est vrai. On s’essouffle un peu, la fatigue aidant.
Mais nous nous rattrapons vaillamment sur Wednesday 3 AM de Simon & Garfunkel, avec Guillaume aux manettes.

Ouf !

– Dès que le Vent Soufflera (Renaud)

– Wednesday Morning, 3 A.M. (Paul Simon)

Il est 23h48, quand nous nous quittons, le devoir accompli.

Bravo à tous et merci d’être venus !

Le prochain rendez-vous est fixé au 13 février pour un bestiaire musical qui s’annonce des plus réjouissants.

NB : les horaires indiqués dans ce compte rendu sont complètement factices, mais je n’avais pas prévu de faire tout ça, sinon, j’aurais tout consigné dans un cahier, vous pensez bien.

Publicités